La gestion des sources en Gedcom suscite des commentaires assez semblables... Ici encore, en Gedcom 5.5, nous ne disposons que d'un seul Tag : SOUR  et nous sommes confrontés, comme pour les lieux, à devoir gérer la diversité.

Un exemple :

0 @...@ INDI
1 NAME Prénom/PATRONYME/
1 SEX M
1 BIRT
2 DATE 22 FEB 1854
2 PLAC Brugge, 8000,West-Vlaanderen, BELGIQUE
2 SOUR @...@
1 DEAT
2 DATE 11 FEB 1777
2 PLAC Brugge,8000,West-Vlaanderen,BELGIQUE
2 SOUR @...@

0 @...@ SOUR définition de la référence de la source décrite
1 TITL titre ou désignation
1 ABBR abréviation pour tri ou classement
1 AUTH auteur ou rédacteur
1 REFN numéro ou référence de l'utilisateur
1 PUBL détails de publication date, lieu, ...


Convenons que les tags utilisés sont davantage adaptés à la gestion des livres d'une bibliothèque plutôt qu'à celle d'une liasse d'un notaire conservée dans un dépôt d'archives. De ce fait, ils sont peu clairs et sont susceptibles d'interprétations (trop) diverses.

Au départ, il y a une information dont on souhaiterait préciser l'origine et d'en indiquer donc les références.

Il convient ici de faire remarquer que toute information, même la plus élémentaire, "basique" peut faire l'objet de la mention d'une source. Par ailleurs, une source peut être n'importe quel document  ou n'importe quelle personne.

S'agissant d'une source écrite, le mieux serait peut-être de distinguer la nature du document  du support de celui-ci  avec un système de double cote, à savoir la localisation d'une information à l'intérieur du document (exemple : folio d'un registre paroissial) et la localisation du support  (ce qui implique deux informations : lieu de conservation et cote utilisée par le dépôt d'archive pour un microfilm par exemple). Bref, il s'agit de préciser que telle information se trouve dans tel document à tel endroit dans celui-ci, lequel document est un original ou une copie, original ou copie se trouvant dans tel dépôt d'archives sous telle cote...

Il s'agit donc de traduire par un document Xml cette structure.

Ce n'est bien évidemment qu'un modèle, mon but se limitant simplement à suggérer une structuration des informations liées aux sources et en particulier la distinction entre la nature du document avec son support , bien souvent confondus.

Cela étant dit, il faut bien évidemment avoir à l'esprit qu'une information donnée peut se trouver sur plusieurs supports (original, microfilms, archives numérisées) avec des cotes différentes, supports conservés dans plusieurs dépôts d'archives ; on peut également se retrouver avec avec plusieurs originaux conservés à des endroits différents (mairie et greffe du tribunal de Grande Instance pour un acte de naissance par exemple) ; il convient d'en tenir compte.

Un mécanisme de renvoi vers des enregistrements relatifs au dépositaire (Tag REPO) à l'instar de ce qui est fait en gedcom 5.5 peut être mis en place avec de surcroît la mention de la cote du document original ou de sa copie.

Pour prendre un exemple, le document peut être un acte de naissance, de baptême, un acte notarié quelconque , un témoignage...La plupart du temps, il s'agira d'un acte juridique.

Le support, un original papier le plus souvent mais pas uniquement (1)  , un microfilm, un site internet (qui devrait être traité comme un support numérique), une photocopie...

Le dépositaire peut être un dépôt d'archives, une bibliothèque, voire une personne physique si elle détient le document en question ou témoigne oralement...

On pourra, il est vrai hésiter quelquefois mais en définitive,  la majorité des cas peuvent être résolus simplement; ainsi  un passeport doit être traité comme un document sur support papier, donc un original ; une photo est un document sur support papier ou sur support numérique...

1) J'ai le cas d'un plumier confectionné par un de mes grand-oncles, prisonnier de guerre en Allemagne durant la Première Guerre Mondiale et où est mentionné, gravé dans le bois le nom du camp (Darmstadt en l'occurrence).